Archives pour la catégorie Uncategorized

PARALYSIE RÉCURRENTIELLE RÉÉDUCATION

REEDUCATION SPECIALE PARALYSIES RECURRENTIELLES

(repris dans l’ouvrage à paraître en Octobre: DE LA VOIX PARLEE AU CHANT.  Carine Klein-Dallant et coll.)

CAS CLINIQUE:

Bonjour Docteur,

Je tenais à vous exprimer toute ma gratitude pour les soins que vous m’avez prodigués tout au long de ces 4 séances de rééducation suite à une paralysie récurrente de ma corde vocale gauche.

Aphone après une intervention chirurgicale sur la glande thyroïde, j’ai mené des recherches sur Internet et découvert votre site sur Youtube: doutes, incrédulité … quant à la possibilité de récupérer ma voix après 4 séances seulement de rééducation …. oui, du  scepticisme de ma part.

Or, je ne puis que confirmer, par écrit et oralement, que j’ai effectivement retrouvé ma voix, et ce, après seulement 4 séances de rééducation !

Je vous adresse en pièce jointe au format mp3 l’expression orale de mes sincères remerciements : un témoignage de ma totale guérison, de la rapidité et de l’efficacité de votre thérapie.

En outre, si nécessaire, je suis tout à fait disposé à ce que vous communiquiez mes coordonnées et mon numéro de téléphone à tout patient qui éprouverait le besoin d’être conforté quant à la véracité de mes propos et l’efficacité de cette thérapie.

Bien cordialement.


Des cours sont organisés pour orthophonistes et phoniatres et ORL.

Rééducation paralysie récurrentielle par contraction des muscles interaryténoidiens. Dr Erkki Bianco

Pourquoi ?

Une corde fonctionne normalement et atteint la ligne médiane pendant la phonation. La corde atteinte reste immobile en position paramédiane.

Il faut faire dépasser la ligne médiane par la corde saine (contraction des muscles interaryténoidiens) pour la faire rejoindre la corde immobile.

Il faut surtout éviter le serrage des bandes ventriculaires car plus on serre les bandes moins les cordes vocales se joignent. (voix saturées)

Il faut de 4 à 10 séances au maximum.

Comment ?

Il s’agit d’empêcher le passage de l’air au niveau glottique par contraction des muscles inter-aryténoidiens

soit à l’expiration, soit à l’inspiration, soit à un moment quelconque du cycle respiratoire.

  1. Expiration bloquée.

Faites essayer au patient  un blocage d’expiration en le faisant souffler de l’air par les lèvres puis demandez lui de mettre sa main devant l’ouverture labiale tout en continuant d’expirer.

La main empêche complètement l’air de sortir mais le patient doit toujours  expirer avec force contre la main. Aucun air ne doit sortir.

La même chose doit se faire au niveau glottique.

Faites expirer le patient puis demandez lui de bloquer au niveau glottique cette expiration tout  en s’efforçant d’expirer, comme si une balle de golf venait boucher le haut de sa trachée. Il contracte alors les muscles inter-aryténoïdiens qui sont des muscles adducteur médian innervé par les nerfs récurrents droit et gauche.

Une sensation précise mais minime d’occlusion est ressentie qu’il faut chiffrer de 0 à 10. C’est la sensation d’effort ressentie au niveau glottique qui doit être chiffrée et pas celle des muscles respiratoires ou des muscles du cou ou de la mâchoire.

  1. Inspiration bloquée

On demande au patient de faire la même  chose pendant une phase inspiratoire.

  1. Phase respiratoire quelconque.

Le patient fait cette contraction sans sons dès qu’il peut (en attendant le bus, dans une file d’attente, en écoutant les autres, assis dans une salle d’attente, avant de répondre au téléphone etc.)

MANŒUVRES DE RELAXATION

Dans tout effort de contraction musculaire nous avons tendance à contracter des muscles qui ne devraient pas être impliqués dans le geste prévu.

Essayez d’appuyer très fort les pulpes des doigts d’une main contre la paume. Le poignet, les coudes voire les épaules se raidissent. Faites le faire au patient.

Pour éviter ces contractions parasites plusieurs manœuvres de relaxation sont nécessaires.

Ces manœuvres doivent être faite pendant cette contraction des muscles inter-aryténoidiens dont le patient  chiffre l’intensité.

Si l’intensité baisse pendant la manœuvre il recommence avec une intensité plus faible qu’il faut ensuite augmenter progressivement.

  1. Corps et épaules. Faites marcher le patient en bougeant les épaules avec détente corps et des épaules.
  2. Cou. Demandez au patient de basculer le cou en avant menton sur la poitrine. Il doit ensuite tourner doucement vers les épaules et en arrière dans un sens puis dans l’autre.
  3. Mâchoire et lèvres. Faites ouvrir et fermer la bouche et les lèvres tout en chiffrant l’effort d’hyper-adduction qui ne doit pas baisser.
  4. Langue. Faites tourner la langue dans la bouche puis la faire monter et descendre bouche ouverte puis bouche fermée.

Pour éviter l’amyotrophie de la corde paralysée les exercices de sirène ascendante (Cf. page sirène) sont très utiles et à faire plusieurs fois par jour sans effort.

CAS CLINIQUE:

A la première consultation les cordes vocales en phonation ne se joignent pas, la corde mobile rejoint sa position médiane habituelle, la gauche (à droite sur la vidéo) reste immobile en position paramédiane.

Lors de la quatrième séance de rééducation la corde vocale gauche reste toujours immobile mais la corde droite dépasse la ligne médiane en phonation pour s’accoler à la corde immobile.

La spectrographie montre que les harmoniques sont réapparues pendant l’émission des voyelles. (Les voyelles sont des sons harmoniques, la plupart des consonnes sont des bruits)

Un cours sur la paralysie récurrentielle va avoir lieu prochainement (voir page prochaines conférences ci-contre).

Dans l’attente d’avoir le plaisir de vous accueillir à ce programme,

sur youtube: https://youtu.be/SglAbOh6Vbk

Cordialement

Dr E.Bianco