COURS RÉÉDUCATION SPÉCIFIQUE PARALYSIES CORDES VOCALES à BORDEAUX

COURS RÉÉDUCATION SPÉCIFIQUE PARALYSIES CORDES VOCALES

VIDÉOS:

https://revoice2.files.wordpress.com/2017/06/new-pr.mp4

https://youtu.be/SglAbOh6Vbk

https://m.youtube.com/watch?v=8lSktmEB0ZA

COURS RÉÉDUCATION SPÉCIFIQUE PARALYSIES CORDES VOCALES  

11 NOVEMBRE  2017 à Bordeaux à 14h à 18h.

espace d’Ornon route de léognan  à Villeneuve d’Ornon

 

Si vous souhaitez vous inscrire ou obtenir des informations complémentaires, merci de contacter Isabelle au 01 48 04 85 70 ou 01 48 04 85 77,

ou par mail:  docteur.bianco@gmail.com

Les tarifs pour la journée  sont de 150 € et 75€ pour les étudiants.

Vidéos sur ce site (pages vidéos et pages paralysie de ce site)

(et sur youtube: https://youtu.be/SglAbOh6Vbk et facebook )

RÉÉDUCATION PARALYSIE RÉCURRENTIELLE PAR CONTRACTION DES MUSCLES INTERARYTÉNOÏDIENS. (en italique et en bleu les ajouts ou modifications pour le cours et pour la seconde édition du livre)

(extrait du livre )

Pourquoi ?

Une corde fonctionne normalement et atteint la ligne médiane pendant la phonation. La corde paralysée reste immobile en position para-médiane.

Il faut faire dépasser la ligne médiane par la corde saine (contraction des muscles inter-aryténoïdiens) pour la faire rejoindre la corde immobile.

Il faut surtout éviter le serrage des bandes ventriculaires (comme dans les coups de glotte ou glottage souvent utilisés pour en rééducation) car plus on serre les bandes moins les cordes vocales se joignent. (ce qui explique l’absence de lésion glottique chez les chanteurs utilisant les voix saturées)

Il faut de 4 à 10 séances au maximum. (à essayer avant toute décision d’intervention chrirugicale)

Comment ?

ADDUCTION FORCÉE

Il s’agit d’empêcher le passage de l’air au niveau glottique par contraction des muscles interaryténoïdiens:

soit à l’expiration,

soit à l’inspiration,

soit à un moment quelconque du cycle respiratoire. (« temps libre »)

  1. Expiration bloquée.

Faites essayer au patient  un blocage d’expiration en le faisant souffler de l’air par les lèvres puis demandez lui de mettre sa main devant l’ouverture labiale tout en continuant d’expirer.

La main empêche complètement l’air de sortir mais le patient doit toujours  expirer avec force contre la main. Aucun air ne doit sortir mais les muscles expiratoires sont toujours en action.

Demandez lui ensuite de bloquer l’air expiré non avec la main mais en fermant les lèvres.

Puis la même chose doit se faire au niveau glottique.

Faites expirer le patient puis demandez lui de bloquer au niveau glottique cette expiration tout  en s’efforçant d’expirer, comme si une balle de ping-pong venait boucher le haut de sa trachée. Il contracte alors les muscles inter-aryténoïdien qui sont des muscles adducteurs médians innervés par les nerfs récurrents droit et gauche (avant la paralysie).

(Une étude anglo-saxonne montre que par ce geste le nerf resté intact peut contruire un nouveau faisceau nerveux vers les muscles atteints par cette désinnervation).

Une sensation précise mais minime d’occlusion est ressentie qu’il faut chiffrer de 0 à 10. (O étant l’absence de tout effort, 10 l’effort maximal). C’est la sensation très minime d’effort ressentie au niveau glottique qui doit être chiffrée et pas celle des muscles respiratoires ou des muscles du cou ou de la mâchoire.

  1. Inspiration bloquée

On demande au patient de faire la même  chose pendant une phase inspiratoire.

Demandez au patient de bloquer l’inspiration en le faisant inspirer de l’air par les lèvres puis demandez lui de mettre sa main devant l’ouverture labiale tout en continuant d’inspirer.

La main empêche complètement l’air de rentrer mais le patient doit continuer à inspirer  avec force contre la main. Aucun air ne doit entrer mais  les muscles inspiratoires restent toujours en action toujours en action.

Demandez lui ensuite de bloquer l’air inpiré non avec la main mais en fermant les lèvres.

Puis la même chose doit se faire au niveau glottique.

La sensation très minime d’effort ressentie au niveau glottique qui doit être chiffrée comme précédemment.

  1. Phase respiratoire quelconque. (« temps libre »)

Le patient fait cette contraction sans sons dès qu’il peut (en attendant le bus, dans une file d’attente, en écoutant les autres, assis dans une salle d’attente, avant de répondre au téléphone etc.)

MANŒUVRES DE RELAXATION

Dans tout effort de contraction musculaire nous avons tendance à contracter des muscles qui ne devraient pas être impliqués dans le geste prévu.

Essayez d’appuyer très fort les pulpes des doigts d’une main contre la paume. Le poignet, l’avant bras, les coudes voire les épaules se raidissent. Faites le faire au patient.

Pour éviter ces contractions parasites plusieurs manœuvres de relaxation sont nécessaires.

Elles sont essentielles pour éviter la trés néfaste contraction des bandes ventriculaires.

Ces manœuvres doivent être faites pendant cette contraction des muscles interaryténoïdiens dont le patient  chiffre toujours l’intensité.

Si l’intensité baisse pendant la manœuvre il recommence avec une intensité plus faible qu’il faut ensuite augmenter progressivement.

  1. Corps et épaules. Faites marcher le patient en bougeant les épaules avec détente corps et des épaules.
  2. Cou. Demandez au patient de basculer le cou en avant menton sur la poitrine. Le cou doit ensuite tourner doucement vers les épaules et en arrière dans un sens puis dans l’autre.
  3. Mâchoire et lèvres. Faites ouvrir et fermer la bouche et les lèvres tout en chiffrant l’effort d’hyper-adduction qui ne doit pas diminuer.
  4. Langue. Faites tourner la langue dans la bouche puis monter et descendre.

SIRÈNE

Pour éviter l’amyotrophie de la corde paralysée les exercices de sirène ascendante (Cf. appendice du livre) sont très utiles et sont à faire plusieurs fois par jour et toujours sans effort.

CAS CLINIQUE: (voir les vidéos dans la page vidéos ou sur youtube)

Cas 1

https://youtu.be/SglAbOh6Vbk

Patient de 72 ans. Lymphome du poumon gauche traité par chimiothérapie qui a entraîné une paralysie cordale gauche

A la première consultation les cordes vocales en phonation ne se joignent pas, la corde mobile rejoint sa position médiane habituelle, la gauche (à droite sur la vidéo) reste immobile en position paramédiane.

L’enregistrement spectrographique de la voix montre très peu d’harmoniques (et beaucoup de bruit).

Lors de la quatrième séance de rééducation la corde vocale gauche reste toujours immobile mais la corde droite dépasse la ligne médiane en phonation pour s’accoler à la corde immobile.

La spectrographie montre que les harmoniques sont réapparues pendant l’émission des voyelles. (Les voyelles sont des sons harmoniques, la plupart des consonnes sont des bruits)

Cas 2 

PARALYSIE CORDE VOCALE DROITE

Vidéos et sononogrammes avant et après 4 séances rééducation spécifique chez une comédienne et metteur en scène.
Elle était venue me consulter pour un deuxième avis car, après l’échec d’une rééducation (plus de 30 séances) effectuée pour sa paralysie récurrentielle droite, une intervention était fixée. On lui avait dit qu’elle ne récupèrerait jamais sa voix.

https://revoice2.files.wordpress.com/2017/06/new-pr.mp4

Cas 3

PARALYSIE CORDE VOCALE GAUCHE  post thyroïdectomie 

 https://m.youtube.com/watch?v=8lSktmEB0ZA

Paralysie récurrentielle droite et autres cas cliniques sur mon site et sur youtube

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s